Dimanche 24 septembre 2017

DANIEL CHALAND

Artiste(s): 
CHALAND DANIEL
Du 08-07-2017 au 17-09-2017
Lieu: 
3e & 4e étages
Résumé: 

 

Daniel Chaland a entrepris de montrer son travail à compter de la deuxième moitié des années 80 du XXe siècle (déjà !), à un moment où la peinture se renouvelait autour de la Figuration libre mais aussi dans la remise en cause des discours récents sur l’abstraction, le monochrome, le formalisme conceptuel… Il était question de penser la référence dans la diversité des approches. Pour Daniel Chaland le choix était fait : s’inscrire avec fermeté et passion dans la mouvance des nouvelles Figurations et en particulier de la Figuration narrative. Le suivisme n’est pas de mise dans cette démarche volontaire qui implique non seulement une adhésion à des principes formels mais aussi et surtout à un point de vue sur le monde. Une esthétique et une éthique donc. « Il y a ceux qui regardent le monde tel qu’il est et se demandent pourquoi et ceux qui imaginent le monde tel qu’il devrait être et qui se disent : pourquoi pas ? » dit-il. Une réflexion, une maxime de peintre, d’un peintre, d’un certain type de peintre. Dans le texte du catalogue de son exposition à la Villa Tamaris en 2006, j’écrivais que Daniel Chaland prenait la mesure du temps. Il inscrit en effet la présence de l’histoire en déclinant une narration où l’autobiographie n’est jamais absente. Les quatorze toiles inédites qu’il propose pour cette exposition témoignent de cette prise en compte de l’actualité de la mémoire. Ici, l’écoute précise et argumentée de la musique de la fin des années 60 à nos jours constituent autant de déclencheurs, de réminiscences, de vecteurs de la création. La musique pop, dans son acception première, celle des sixties, de Buffalo Springfield à The Fray en passant par Jimi Hendrix, Bob Dylan,  Marvin Gaye, Creedence Clearwater Revival… Les chansons et leurs titres, paroles et musiques, la peinture et les mots, les mots dans la peinture… Le travail de Daniel Chaland se présente avant tout comme construction, collage, montage, tension, rapports de forces visuelles dans une mise à distance et une recomposition du réel. Elle se découvre et se partage dans l’émotion. Il pratique une Figuration narrative sensible, essentielle où la souvenance s’affirme comme le principe même de la création. Dans une exposition précédente, Daniel Chaland déclinait des Mots d’amour. On les retrouve ici de façon implicite, sous-tendant une synthèse picturale où le désir et la passion peuvent, sinon changer le monde, tout au moins le penser et le voir autrement. How to save a life.

 

 

 

Robert Bonaccorsi

Juin 2017